Les invendues de la ZAD

Rien à négocier, Rien à déclarer

Created with Sketch.

Invitation à de nouvelles rencontres inter-terreauristes (mais pas que)

A partir de maintenant et plus particulièrement du 14 septembre 2019

Depuis les expulsions 2018, une grande majorité des occupant-e-s ont quitté la zone,
dépité-e-s par le mépris, les trahisons et les prises de pouvoir de petits groupes
élitistes qui avaient prévu de longue date, en vue d’assurer leur avenir, de céder la
Route des Chicanes et les Radis-Co qui la bordaient, à la pâture médiatico-étatique.
Mais d’irréductibles groupes anti-autoritaires déterminés, Radis-Co, Sans Fiches,
Nomades et autres électrons-libres, s’entêtent et s’accrochent encore à l’envie de voir
ce territoire abriter de nouveau des personnes en galère, exilé-e-s, sans papiers,
fugitives, persécuté-e-s, etc, et pour que les voisin-e-s, proches ou de loin, sans terre
ni jardin, puissent venir y cultiver ce que bon leur semble, dans l’échange des savoirs
et des idées, en toute liberté, afin que l’expérimentation politique et sociale collective
renaisse et se repende comme un virus qui stimulerait l’émancipation générale…
Nous disposons de plusieurs dizaines d’hectares de terres, friches, bois, champs,
hangars et espaces que nous souhaitons mettre à la disposition de tou-te-s, pour de
multiples usages.
Ce 8 août 2019, les féroces de l’ordre sont revenues anéantir deux cabanes
(construites avant les expulsions) et une caravane dont l’habitant était absent.
Pendant ce temps, la construction de Gourbi ∞ se poursuit, à base de récup et
d’invendues, et nous la reconstruiront à chaque fois que l’État mortifère la détruira.
Gourbi fait partie de la douzaine de maisons en dur détruites en 2012 pour faire place
à l’aéroport, depuis mort. C’est devenu l’endroit du Non-Marché, dernier symbole
anti-capitaliste de la zad, où l’on peut emporter quelques légumes et du pain à prix
libres, chaque vendredi à 17h. Et puis ce fut pendant longtemps le lien entre l’Est et
l’Ouest, à travers la « réu du jeudi », l’assemblée la plus éclectique et horizontale des
occupant-e-s…
Vous êtes donc convié-e-s à nous rejoindre pour prendre part à l’aventure, de manière
autonome si possible, mais nous avons quelques tentes à prêter, des sleepings (mais
pas de couvertures), et un espace non-mixte. Une cantine végan (mais pas que)
participative et prix libre se chargera de la restauration, il sera possible de se joindre à
des chantiers construction, de débattre de sujets que vous pourrez proposer lors d’une
assemblée quotidienne d’échange d’infos, de chanter lors d’opens mic, de danser lors
des concerts, de voir des films, lire des brochures, vous donner en spectacle dans un
théâtre de verdure, ou tout simplement dormir toute la journée… et bien plus encore !
Des précisions seront apportées dans les prochains jours, gardez les yeux ouverts !
Et si dans un coin de garage ou de grenier prennent la poussière des outils ou objets
que vous nous penseriez utiles, comme des clous, couvertures, tentes, caravanes,
véhicule utilitaire ou autre, n’hésitez pas à nous les ramener…





A propos

“Les vauriens vallant de l’or voguent libres, voguent libre avec un drapeau pirate, si puissant quand ça dérape“
Ratur
Longtemps passés sous silence, on n’entend parlez de nous que pour parler d’agressions de violences, nos façons de parler ne collent pas avec la bonne société, même celle de la ZAD. On ne veut pas donner une image différente de ce qu’on est, nous avons nos défauts et nous sommes tou-te-s différent-e-s, radis-co, zonard-e-s, inadapté-e-s, fous et solitaires, nous n’avons pas l’habitude de façonner notre image dans les médias ni envie de changer notre façon d’être pour ne pas effrayer le bon citoyen; Des sous-citoyens nous en avons toujours été, on avait pas peur de la liberté qu’offrait la ZAD on s’y est senti comme jamais chez nous, bien plus que celleux qui se sont servis de nos faits-d’armes et de nos cabanes comme une vitrine pour transformer la ZAD en parc d’attraction, jusqu’à baliser les chemins, nettoyer eux-mêmes nos routes des cabanes et des chicanes et reproduire les normes que l’on fuyait, puis finalement s’installer légalement; Ici on ne prend pas le thé avec la préfète car on sait qu’elle est responsable des agissements de la police et des rafles de nos frères et sœurs sans papiers, mais on invite tous les insoumis-es tou-te-s celleux qui prennent chère à partager de la chaleur humaine…

Projets pour La Grée’cultures hors normes du futur

Quelques « radis-co » rescapé-e-s des vagues d’expulsions ultra-violentes et des trahisons internes à la lutte contre l’aéroport, parsèment encore la ZAD de NDDL, parfois dans des lieux qui ont été englobés dans des « COP » (Convention d’Occupation Précaire) sans que leurs occupant-e-s aient été consultés, souvent de passage du fait des modes de vies nomades et vagabonds, mais à jamais déterminé-e-s à ne rien lâcher face à un État de plus en plus radin, répressif et mortifère.

Autour de l’ancienne ferme de La Grée, deux projets « agricoles » avaient été déposés en Mai 2018, sous la menace du gouvernement d’anéantir les récalcitrant-e-s, et malgré la volonté d’une majorité d’occupant-e-s du lieu de ne rien négocier avec le pouvoir aux bottes des banques, multinationales et actionnaires… Ceux-ci n’ont pas été acceptés sous prétexte de ne pas avoir été suffisamment « développés ». Mais cela a permis aux occupant-e-s de ne pas être expulsé-e-s lors de la seconde phase de « normalisation » par la destruction, qui débuta le 17 Mai 2018, celle des « Sans Fiches » qui ne voulaient pas se plier à la stratégie des « fi-fiches » élaborée dans l’urgence par une poignée de zadistes qui venaient d’appuyer l’ACIPA et la Coord, dans le sacrifice de la route D281, dite « des chicanes » en janvier de la même année…

Encore plus précaire que les « COP », notre avenir serait ailleurs selon le nouveau préfet chargé de remplacer la « main de fer dans un gant de velours » qui devait rétablir « l’État de droit » économique et marchand, Nicole Klein, qui laissa échapper lors de la première vague d’expulsions, initiée le 9 avril après 2 mois d’occupation militaire (drones, PSIG Sabre, camions bâchés et Cie) de la D281, qu’ « on ne peut pas empêcher des gens d’habiter là où ils le souhaitent ».

Depuis l’ouverture de la maison et des hangars au printemps 2015, l’accueil inconditionnel et la tentative de vivre ensemble sans s’être choisis, sans chefs ni autorité, sont les objectifs politiques partagés quasi-unanimement. En découlent des prises de têtes et de becs fréquentes, mais autant de rires et de convivialité. Aussi existent des espaces en suspend, Rap (studio), Mécanique, Théâtre, Free-shop, Recyclerie, Bibliothèque, Atelier vélo, Potagers, Sleeping etc, ainsi qu’une vingtaine d’hectares de terres appartenant à la ferme.

Les chien-ne-s, chat-e-s, poules (mais on a trop de coqs), rat-e-s et autres amis animaux sont aussi bienvenus que les moins que rien, schlagues, pirates, vont nus pieds, gens du voyage, ivrognes, sans paps, sans familles, sans terres, transgenres, végans, anars, clochard-e-s et autres extras-terrestres irrécupérables, à part en chaire à canons (ou usine), à jamais ignorés par cette société sombrante dans le pire, pour reconstruire des lieux et des liens, en continuant d’empêcher de tourner rond le monde décervelé et ses révolutions trop souvent confisquées, pour une évolution perpétuelle, rêvée, concertée, inventée, subversive et désinvolte, aux possibilités infinies…

Grèves générales permanentes et illimitées !

(Photos de Gourbi ∞ In-fini)

Communiqué de presse 10 avril 2019

       A l’ instar des populations des dites ex-colonies (printemps arabes, exodes, diaspora) ses déportés ou alimentés en armes, aiguillés par putschs militaires avec le soutien du monde occidental capitaliste et leurs intoxications du vivant. La balade de la réussite par octroi de possession ne cesse de s’édifier .

Sur la ZAD, lieux de rencontres, d’activisme protecteur de la nature, le diktat est pareil… faire comme, ou dégage… Les murs de la honte (nous ne serions que des hippies, des inutiles, des déclassés, des marginaux) se perpétuent.

La propagande orchestrée par les médias d’état ne cesse de battre le tambour… Il serait important de situer la folie, l’inadéquation de ces opposants radicaux… ainsi le nombre d’annonces de certains visant à rassurer le bon peuple: « lls seront expulsés » se claironne de l’hexagone au G8, G20 etc… tous les possédants, généraux, présidents du monde se doivent d’être rassurés… tout est sous contrôle… 
Mais toujours (et cela est historique) sera une bande de pirates, vont nus pieds sales et déguenillés pour empêcher que ça tourne rond.

Aussi, nous informons: que l’occupation, prises de terres, logements des sans droits sera vitalement notre cheval de bataille, notre combat. Nous visons à ce que la terre, les droits des milliers des nôtres qui sont donc ces petites gens, la marge, les invisibles, les Roms, les sans papiers, les vieux, jeunes, les sans familles, les nouveaux nés, fugueurs d’états, les sans familles, … tous ceux à délits de faciès… les trop pauvres… les sans biens, sans droits… ceux qu’on dit inconscients, asociaux… victimes des dégâts collatéraux, bréviaire de nos gouvernants si prompt à brandir l’étendard démocrate… cesse d’être criminalisé, représentée mafieuse.

Ce n’est en rien notre incapacité viscérale à nous soumettre qui nous mobilise, ni une propension à la violence; beaucoup des nôtres ont le châtiment gravé dans leurs chairs d’avoir oser un monde différent face aux garants de l’ordre public… Nous sommes déterminés, prêts… nous serons le chant des désignés coupable de s’opposer quelque soit le prix à payer.

A cette date anniversaire de la X ème expulsion (sans paps, anars, transgenres, clochards et autres gens de la rue) nous serons donc la tache, l’encrassement visible de la machine gouvernementale qui aime tant que le peuple se taise et applaudisse… marche droit.

Bravo aux gilets jaunes, aux marches solidaires puisque le monde est nous tous… Ainsi nous vous informons, espérant le relai de tous ceux gardiens de l’ordre royaume républicain que :

– Nous (ceux dits radicaux) habitant du lieu dit la Grée situé à Vigneux de Bretagne invitons tous, toutes (monde de la rue, anti aéroport , anti grands travaux inutiles, les non architecte du compromis, gens du voyage, rappeurs, circassiens, graffs, 
théâtreux, musiciens, ivrognes…) les irrécupérables à jamais ignorer… sur les terres déclarées si peu occupées, que les rentabiliser semblait une évidence pour promoteurs.

Proposons… mise en commun, revendication de désobéissance civile. 
Créerons des conditions d’habitat et protection du vivant…

Haut les cœurs ! Pour ce faire :

Rencontres du 6 au 15 avril 2019 et au-delà

Reconstruire nos lieux communs d’horizontalité dans la gestion de nos projets / Autogestion, auto organisation… / Théâtralisation et écriture de notre asservissement par les oligarchies / Construction et reconstruction des cabanes visant à édifier le vivre ensemble / Potager, gestion de l’alimentaire / Mixité et non mixité / Vidéo, radio et autres artistiques évents, performances, lectures, spectacles / Cantine prix libre / Bar

Invitation faite aux porteurs d’un autre monde, ça et toutes initiatives pour donner envol inter âges à nos futurs… 
en ce qui serait anti autoritaire, antispéciste, anti patriarcal… 
Il n’y aura ni aéroport, ni routes, ni bétons… dans ces bocages voire ailleurs… 
Au delà des utopies… osons préfigurer, résister aux sarcasmes. Juste être ceux qui n’ont rien et peuvent tout…

Contactez nous

par email, où venez nous voir sur place 
à l’adresse: La Grée, Vigneux-De-Bretagne 44360 Pays De La Loire, France